Développement professionnel

Slowpreneur ou comment ralentir pour mieux travailler et gagner du temps pour soi ?

Publié

Ça veut dire quoi ? Qu’est-ce que cette grossièreté ? Cet anglicisme ? 😊

Avant toute chose, ce terme mi-anglais, mi-français détermine « un mode de vie » très en vogue. C’est une façon d’entreprendre tout en profitant de la vie, en utilisant « intelligemment » son temps.

Waouw ! Ça veut dire que les autres entrepreneurs utilisent leur temps n’importe comment ?

Slowpreneur, un terme antinomique

Le terme entrepreneur est issu de 2 mots : entre et prendre.

En prenant connaissance de l’étymologie de ce mot, on saisit parfaitement que ce métier vise à se positionner entre 2 personnes pour apporter une valeur ajoutée à un produit ou service, tout en prenant, en s’attribuant un bénéfice.

C’est un métier de relation, d’action et de réactivité.

Je vous parle en connaissance de cause, puisque j’ai exercé ce métier pendant plus de 10 ans et que j’ai encore beaucoup de mes collègues en activité.

Comment peut-on travailler comme restaurateur, plombier et être slowpreneur ? Je veux dire que si demain vous avez une fuite d’eau chez vous, êtes-vous disposé à attendre ?

Quand vous êtes en pause déjeuner au restaurant, êtes-vous disposé à prendre tout votre temps pour le service ? 😉

Parce que si vous êtes slowpreneur, il convient d’accepter que les autres adoptent ce mode de vie également, puisque c’est bon pour votre santé physique et mentale, c’est bon pour celle des autres 😊

L’utopie du slowpreneuriat

Je vous mets au défi de dire non à un gros contrat qui va vous mettre à l’abri pendant quelques mois, alors qu’en ce moment la fin du mois est de plus en plus dure… ☹

Oui, la simplicité et l’authenticité paient sur le long terme mais il y a le court terme, et pour arriver au long terme, il faut survivre now.

Quand on a une entreprise pérenne, changer de cap doucement why not ! Mais changer de cap brutalement ou oser refuser une demande, cela réclame une maitrise avancée du métier d’entrepreneur.

Ce que j’entends à travers ce terme de « slowpreneur », c’est que vous devez être disposé à sacrifier du revenu pour un cadre de vie. Mais un cadre de vie moins mondain s’il y a moins de revenu. C’est donc un mode de vie plus simple et qui va demander un investissement temps plus important, car si vous ne pouvez pas acheter de la soupe, vous devez faire pousser les légumes, les cultiver, les récolter, et les cuisiner 😉

Un autre sujet, c’est que vous allez avoir plus de temps libre sans avoir les finances pour vous distraire. C’est là où vous allez vous retrouver avec vous-même, face à face, et là le cerveau entre en action :

« Mais qu’est-ce que tu fais ? »

« Pourquoi tu fais ça ? » 

« Les gens se moquent de toi maintenant ! »

Pour acquérir un peu de calme mental c’est ici.

Alors oui, l’air du temps nous propose de voir les choses différemment mais tout le monde n’est pas prêt à cela.

Minimaliste, slowpreneur, vivre de ses passions

Comme vous avez pu le comprendre, je ne suis pas un fan inconditionnel de ces effets de mode.

A mon sens, ce ne sont que des outils marketing pour offrir de nouveaux services alors que tout est déjà là. Il ne tient qu’à chacun de nous de faire ce qui nous va bien. Pourquoi doit-on rentrer systématiquement dans des matrices ?

Si vous voulez vivre dans le minimalisme vous pouvez apprendre à consommer moins et mieux, comme nous l’explique Caroline.  A-t-on besoin de vous coller une étiquette pour autant ?

Si vous voulez travailler 4 heures par jour, il sera peut-être nécessaire de vous faire accompagner par un coach pour gérer votre temps, mais a-t-on besoin d’avoir une étiquette de slowpreneur ?

Un exemple concret

Il y a 5 ans, suite à un échec dans le cadre d’une association, j’ai pris le temps de faire un point, un long point, un très long point. Pour me rendre compte que j’avais quasi atteint mes objectifs financiers, patrimoniaux, que j’étais en bonne santé, bref tout allait bien mis à part ce goût amer d’échec.

Ce fût le tournant de ma vie. J’avais le choix de continuer à travailler sans compter, participer à des séminaires nationaux, internationaux, aller à des cocktails guindés, rouler en voiture de luxe…Mais j’ai choisi un autre chemin, sur une route moins goudronnée.

J’ai arrêté toutes mes activités professionnelles, parcouru le monde souvent avec un sac à dos et je me suis formé. Dans un premier temps il a fallu se « guérir », car après une vie palpitante et remplie d’activités, je bouchais les « trous », remplissais les planning (plus de 2500 heures de formation et 30 pays en 4 ans) 😊

Aujourd’hui, je pourrais exercer plus de 10 métiers : coach professionnel, professeur de Yoga, restaurateur, constructeur, créateur de site web, formateur, praticien en relation d’aide, promoteur, … mais j’ai choisi de vivre simplement et surtout sans étiquette.

Je travaille quelques heures par semaine sur 2 blogs, donne des cours de yoga et surtout j’interagis au maximum pour élargir mon champ du connu en offrant la réciproque.

Je suis un modeste blogueur, mon objectif est de partager cette expérience pour qu’on grandisse ensemble vers un entrepreneuriat conscient et humain.

J’accompagne les femmes et les hommes à s’affranchir des limites du système.

En résumé, le conseil numéro un essayez et respectez-vous. L’expérience est la meilleure chose qui puisse être.

Je vous déconseille de chercher à gravir l’Everest sans étape, mais pas à pas…

Alors, pour ou contre les slowpreneurs ?

Finalement, je ne suis ni pour ni contre quoi que ce soit. Ce que j’ai du mal à concevoir par contre, ce sont les effets de mode sans prévention des effets « indésirables » et les cases. On peut très bien décider de travailler 12 heures par jour pendant 1 jour, 1 mois, 1 an. Puis travailler sur un rythme plus light, voire ne plus travailler ensuite pour rétablir un certain équilibre.

Ce qui me chiffonne c’est la modélisation d’un système. Ce n’est pas à l’humain de s’adapter à un système qu’il a construit, mais bien au système d’être au service de la vie.

Quoi qu’il arrive je vous encourage à trouver votre juste succès 😊

Cet article participe à l’événement inter-blogueurs slowpreneur : comment ralentir pour mieux travailler et gagner du temps pour soi ?», organisé par Caroline du blog Mes recettes naturelles. D’ailleurs, je vous invite à découvrir son univers. N’oubliez pas de voter pour mon article si vous l’avez apprécié en cliquant sur ce lien 😊

Partager l'article :
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.