Développement professionnel

Choisir des investissements lucratifs

Publié

Cet article est inspiré de faits réels et du livre « Père riche, père pauvre » de Robert Kiyosaki.

On entend souvent dans notre jeunesse et plus tard des phrases du type : « Fais des économies », « Soit prudent dans tes dépenses », « Achète un bien immobilier dès que tu pourras »…, mais avant de prendre ce que ces personnes vous disent pour argent comptant, menez votre enquête, regardez la vie de vos conseilleurs. Avant toute chose sont-ils des experts de l’investissement ?

Dans la plupart des cas ce sont des croyances populaires qui passent de génération en génération. Je vous suggère donc de remercier gentiment et sincèrement ces conseilleurs et d’aller chercher le modèle d’excellence qui vous convient. C’est bon d’apporter du doute sur nos croyances pour les confronter, vérifier si on est toujours d’accord. Questionner ce qu’on a validé pour VRAI à un moment de notre vie et avec lequel on fonctionne au quotidien est-il vraiment le meilleur pour nous ?

Je pourrais vous dire que tout est dit plus haut, mais je vais apporter quelques précisions pour partir sur les meilleures bases.

 

L’éducation financière

Tout comme des cours de cerveau ou des cours de maîtrise de soi, on ne reçoit pas dans notre éducation des cours d’investissement. On passe au minimum 15 années de nos vies assis sur des chaises à apprendre l’histoire de France, les probabilités… Le but étant de faire de nous de bon(ne)s travailleur(euse)s, des personnes employables pour acquérir le Saint Graal : LE CDI (contrat à durée indéterminée).

Un jour on atteint la majorité légale et plus ou moins dans cette période, on nous confit une carte de crédit. Une personne dont c’est le métier nous indique comment utiliser cet objet puis comment se servir du levier bancaire (crédit) ou comment investir selon lui/elle et surtout nous incite à ouvrir un ou des livrets d’épargne.

Souvent cette charmante personne nous conseille d’investir dans une voiture ☹, puis dans du patrimoine immobilier ☹. Tout cela va très bien avec ce qu’on a toujours entendu à l’école, à la maison et avec le cercle social donc on a tendance à suivre ces bons conseils.

Mais avez-vous analysé tout ça ? Avez-vous calculé si c’était rentable ? Quel est le retour de votre investissement ?

 

Oui mais

Vous pouvez me dire « oui mais » on a pas appris ça, ok alors pourquoi aller à l’école et ne rien apprendre sur l’argent ? C’est quand même LE sujet incontournable de nos vies. Aujourd’hui dans un monde où l’homo economicus est roi, on ne reçoit pas d’éducation financière. POURQUOI ? Je vous laisse méditer là-dessus et cela pourra faire l’objet d’un prochain article si vous me le demandez dans les commentaires.

Quand on place de l’argent cela enrichit les intermédiaires et appauvri « son » propriétaire car les taux d’intérêts sont plus faibles que l’inflation. Pour exemple une auberge de jeunesse (HI Hostel Waïkiki) est passée de 16 dollars la nuit en 2000 à 37 dollars en 2018, si vous avez 16 dollars placé sur le livret A en 2000 avec un taux moyen sur la période de 1,742% cela vous donnera environ 25 dollars… ☹

 

Les riches ne travaillent pas pour l’argent

Le mot riche n’est pas un gros mot et la révolution française est loin derrière. Personne ne va vous décapiter 😉

La vie a évolué et l’école beaucoup moins. Quand on sort du système scolaire il nous reste tout à faire. Comprendre le milieu professionnel, ses règles, son jargon ça ne s’apprend pas à l’école.

Je ne fais pas un procès à l’école c’est un constat actuel, c’est « l’heure juste » comme on le dit au Canada.

Le coût d’une année scolaire ne se calcule pas qu’avec ce qu’on paye. Il faut prendre en compte les opportunités manquées, le réseau professionnel, la connaissance terrain, l’apprentissage…

Après cette rapide introduction pourquoi les riches ne travaillent pas pour l’argent ?

Parce que tout ce qui est écrit plus haut est assimilé et plus encore. Ils ne pensent pas aux risques qu’ils prennent mais à la chance qui est derrière telle ou telle opportunité. Ils sont sortis émotionnellement et psychologiquement de la crainte de perdre leur retraite, de ne pas assumer le quotidien, de dépendre du système, d’être mis de côté…bref ce qui peut ressembler à une mort sociale.

Le principal objectif pour un « riche » est de créer de l’actif avec de la dette. C’est-à-dire créer du revenu passif avec de la dette bancaire. Les actifs peuvent être divers et variés : création d’entreprise, immobilier locatif, fonds d’investissements, stocks, terrains, or… Et pour payer ces investissements ils se servent du système bancaire au maximum possible.

Tous ces actifs vont non seulement vous apporter une multitude de revenu (cash flow) mais en complément vous paierez moins d’impôt car le crédit bancaire est une dette défiscalisable. La dette ne doit définitivement pas servir à payer le crédit étudiant, le crédit de la voiture, le crédit de la maison…qui sont des dettes taxées. C’est donc tout l’inverse d’un investissement.

 

L’art de ne pas avoir de JOB

La classe moyenne va à l’école pour devenir employable et avoir un job. L’état taxe le salaire que vous obtenez avec votre job tout comme les dettes dites de confort , ce qui représente quasiment 100% des dettes d’un ménage.

Les taxes sont souvent au désavantage de cette classe car les règles sont faites pour celles et ceux qui les font. Plus vous avez un bon salaire et plus vous avez une belle taxation. C’est ce qu’on peut appeler le mode survie. Un job n’est utile que pour l’expérience sinon on en devient dépendant et on passe la majeure partie du temps à travailler pour payer les factures et les taxes. De plus quand on « court » derrière un salaire mensuel, on est focalisé sur ça et sur le maintien du job car on doit payer les traites ainsi que les dépenses quotidiennes.

Si vous travaillez pour un chèque à la fin du mois vous travaillez a priori pour le rêve d’une autre personne, pourquoi ne pas sortir du cauchemar du métro, boulot, dodo pour réaliser votre rêve (cliquez ici pour aller plus loin)

Ne pas avoir de job ce n’est pas ne rien faire. Ce n’est pas jouer au golf ou faire du bateau ou tout autre loisir toute la journée. C’est une option qui vise à choisir ses investissements (à commencer par l’investissement en soi en se formant, en lisant…), c’est piloter ses investissements, savoir les vendre au bon moment… c’est la sortir de la « RAT RACE ».

N’hésitez pas à partager cet article et pour le commentaire c’est juste dessous 😊

Partager l'article :
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.